Transformation in die Cloud - welche Cloud darf es sein?
Perspective Future Workplace

Vidéoconférences partout dans le monde

5 nov. 2018

Les systèmes de vidéoconférence aident à travailler plus efficacement et de façon plus créative. 
Le MX800 de Cisco permet aux chercheurs et aux étudiants de l’Université libre de Berlin de travailler ensemble en téléprésence.
Artificial Intelligence (AI) is the next big thing.
En guise de bienvenue, Vasco Tonack sourit amicalement à la caméra, qui capture l’ensemble de la salle de conférence. Lorsque Vasco Tonack se met à parler ce matin, la caméra vient directement se fixer sur lui. « Les caméras captent les flux audio et les assignent aux personnes présentes dans la pièce grâce à la reconnaissance faciale », explique le responsable du projet de communication unifiée du centre de données universitaire de l’Université libre de Berlin (FU Berlin). Le fondu enchaîné est automatique, sans que quiconque doive appuyer sur une touche. Et lorsque les personnes dans la pièce parlent de manière confuse, la caméra passe en plan large.
Il y a plus de trois ans, la FU Berlin a lancé ce nouveau système de vidéoconférence. Depuis, les chercheurs universitaires échangent des informations avec des scientifiques du monde entier par le biais de conférences en ligne et de vidéoconférences. Les voyages d’affaires seraient non seulement beaucoup plus coûteux, mais aussi très chronophages et polluants. La technologie est fiable, et, selon la FU Berlin, fonctionne dans neuf cas sur dix.   Grâce à une qualité audio et visuelle optimale, le résultat obtenu est très naturel, selon Vasco Tonack. Pour une simple raison : au lieu d’être placé sur la table, le microphone est suspendu au plafond et restitue ainsi une image claire de la parole. Cela donne l’impression que la personne avec qui vous parlez est assise à votre table. « Plus la qualité est bonne, par exemple avec SpeakerTrack qui vous permet de zoomer directement sur la personne qui parle, d’établir un contact visuel, avec une caméra très haute résolution qui donne un aspect de la peau et un son très naturels, plus les retours des utilisateurs sont bons », explique Torsten Prill, responsable principal de l’information de l’Université libre de Berlin.

Les entreprises pourraient économiser des milliards

D’après une étude récente de l’Institut allemand pour la recherche économique (IW), même le fax est un moyen de communication plus répandu dans les entreprises allemandes que Skype et ses équivalents, bien que le potentiel de la vidéoconférence et autres canaux de communication numériques soit énorme:
The new world of interdisciplinary communication
Freie Universitaet Berlin collaborates with partners worldwide, and leverages convergent network infrastructures and innovative communications solutions from T-Systems.
Les entreprises pourraient ainsi économiser plus de huit milliards d’euros par an, notamment sur les frais de déplacement.  En 2016, les voyages d’affaires nationaux et internationaux ont coûté près de 52 milliards d’euros à l’économie allemande.  Selon l’IW, 16 % de ces déplacements pourraient être remplacés par des communications électroniques.

Étude : motivés et engagés grâce aux conférences web

Une autre étude de l’Institut Fraunhofer d’ingénierie industrielle (IAO) a montré que la vidéoconférence est également utile pour d’autres raisons. Selon cette étude, les discussions qui ont lieu lors des vidéoconférences sont beaucoup plus longues que lors des conférences téléphoniques traditionnelles. La raison : les participants se sentent beaucoup plus impliqués dans la décision, sont significativement plus satisfaits et s’engagent plus pour le résultat. 70 % des répondants à l’étude ont déclaré être plus motivés et impliqués lorsqu’ils pouvaient voir les membres de leur équipe à l’écran. Bien plus de la moitié des participants pensent qu’il est important de pouvoir traiter les documents ensemble. D’après l’étude, l’ambiance de travail s’améliore également : trois participants sur quatre ont déclaré que la technologie de conférence avait contribué à créer une communication plus directe et plus personnelle. 
L’Université libre de Berlin, de son côté, a déjà une longueur d’avance en la matière : les chercheurs, mais aussi les étudiants, utilisent le système de vidéoconférence pour échanger des informations avec leurs collègues de São Paulo au Brésil ou de Tel-Aviv en Israël. « Actuellement, les étudiants et les doctorants soutiennent même des thèses de maîtrise ou de doctorat par vidéoconférence, par exemple lorsque l’examinateur ne peut se rendre sur place ou parce que les étudiants sont retournés dans leur pays d’origine après leurs études à Berlin », explique Vasco Tonack. 
« Le besoin en matière de vidéoconférence est énorme », ajoute-t-il.  « À une époque, nous avions une vidéoconférence par mois, aujourd’hui, nous en avons plusieurs par jour ».  
L’objectif est clair : le nombre de pièces dotées de cette technologie à l’université va bientôt tripler pour passer de deux à six.