Transformation in die Cloud - welche Cloud darf es sein?
Perspective Internet of Things

L’interconnectivité généralisée, une révolution

20 juin 2016

Internet of Things (mise en réseau des appareils), Internet of Everything (réseau généralisé), industrie 4.0... Chacune de ces notions nous aide à prendre conscience d’un bouleversement que l’on pourrait résumer par une numérisation de notre quotidien. À l’inverse des grandes étapes de la révolution industrielle, telles que le début de la production en chaîne en 1914, le commencement de la mise en réseau des appareils n’a pas de date connue. Il s’agit plutôt d’un processus progressif consistant à donner de plus en plus d’intelligence et d’autonomie aux objets du quotidien. Ce processus concerne chaque secteur d’activité, modifiant tant les processus de production que notre vie au quotidien, affectant également les attentes des clients et la gestion des relations avec la clientèle. 
Anette Bronder
Anette Bronder, Directrice de la Division Digitale (DD)
La mise en réseau des appareils est un sujet plus vaste que la connexion d’un objet à internet. Il s’agit d’une forme de communication des appareils entre eux. Cette communication se fait à l’aide d’un langage qui est celui des données et du canal que constituent les réseaux. Le cloud informatique est à la fois le siège et la destination des données. Il apporte une intelligence par le biais de logiciels d’analyse de données. Les smartphones et autres appareils portables tels que les data goggles font que les gens eux-même enrichissent le réseau. Telle est la magie de la mise en réseau des appareils. Le développement et l’amélioration continuent à un rythme soutenu partout de par le monde. Bien que les appareils portatifs et l’inter-connectivité des appareils soient souvent associés à un style de vie jeune et actif, la majorité des appareils intelligents n’est pas attachée à nos poignets ni même à la maison mais dans les ateliers de production.   
Loin de se contenter de fabriquer des objets, les machines émettent maintenant d’immenses quantités de données et s’organisent elles-mêmes. Une aile d’automobile n’ayant pas été complètement usinée avertit rapidement la machine à peindre, qui va à son tour vérifier si elle peut traiter toutes les pièces annoncées ou si elle va devoir en rediriger certaines vers d’autres machines. Les intervalles de maintenance appartiendront bientôt au passé, dès lors que les machines seront en mesure d’informer de leur propre initiative d’une opération de maintenance à mener ou d’une pièce à changer dans un futur proche.  

Les villes du futur : des composantes architecturales intelligentes aux espaces touristiques intelligents

Les objets intelligents ne se cantonnent plus aux ateliers de production et conquièrent le monde. La mise en réseau des appareils embrasse et métamorphose des villes entières désireuses d’accroître leur force d’attraction malgré des budgets modestes. L’informatique est la clé. A Dubrovnik par exemple, ville croate et destination touristique fort appréciée, Deutsche Telekom a récemment mis en application une forme de « rue intelligente ». Un système de gestion de la circulation contrôle et signale les infractions au code de la route en temps réel ou encore permet aux automobilistes – touristes comme autochtones – de payer leur place de stationnement à distance grâce à un système qui identifie les véhicules automatiquement. Une application smartphone informe des places disponibles, les feux de signalisation sont en même temps des bornes émettant un WIFI à haut débit... Les réverbères peuvent même mesurer le bruit et la teneur en CO2 et agir en conséquence, détournant la circulation dès lors qu’un seuil donné est franchi. Ces mêmes réverbères s’adaptent à la lumière ambiante et au mouvements environnants, ce qui permet des économies importantes. Selon une étude menée par l’agence McKinsey, plus de 30% de l’énergie mondiale est gaspillée en éclairant des espaces publics inutilisés. On notera aussi les récipients à déchets qui lancent un signal lorsqu’ils sont pleins, optimisant les itinéraires des éboueurs.
La particularité de la ville intelligente tient à ce que le réseau des appareils n’est plus enfermé dans des silos, personnalisés à l’intention d’industries données. C’est au contraire un réseau global. C’est ainsi qu’un feu de signalisation est informé de l’emplacement d’une place libre et transmet l’information directement à une automobile qui va ensuite être dirigée vers la place en question. Tout parle la même langue. C’est en tout cas ce vers quoi on tend. Pour y parvenir, nous aurons besoin de nous appuyer sur des standards communs, de nous accorder sur une technique de référence, d’une coopération entre les divers secteurs et de l’aide du monde de l’informatique. 

Les clients, moteurs du développement

Mise en réseau des appareils
Le monde de l’entreprise ne peut ni ne doit éviter la numérisation. Tous les experts sont d’accord sur ce point, qu’ils viennent  du monde de l’informatique, de l’économie ou de la politique. La question est plus de déterminer quelle va être la rapidité des événements. Mais attendre les bras croisés n’est pas la chose à faire. Tout ce qui peut être numérisé le sera, tout ce qui peut être connecté le sera.  
La mise en réseau des appareils apporte à notre quotidien plus de sécurité et de confort. Les entreprises deviennent plus efficaces et portées sur le service. La maintenance prédictive peut à elle seule réduire les coûts de 30%. Mais comment choisir les systèmes et stratégies ? Telle est précisément la question qui taraude nombre de PDG. Il y a après tout des milliers de vendeurs de systèmes de mise en réseau des appareils. Mais poser un capteur sur une machine ne suffit pas à garantir le succès, et aucun fournisseur ne peut prétendre à lui seul résoudre tous les problèmes liés à l’inter-connectivité.  La solution magique n’existe pas.  Les murs sont tombés, place à des partenariats forts : il s’agit de mettre en commun des connaissances complémentaires et de trouver ensemble les solutions qui répondront au mieux aux besoins des clients. 
Le fait est que la mise en réseau des appareils commence avec le client, que ce soit dans le domaine des services aux entreprises ou dans celui des services aux particuliers.  Il y a bien longtemps que les clients ne sont plus le dernier maillon de la chaîne de production. Le client fait aujourd’hui partie du processus de production et de logistique. Le client veut savoir où se trouve son paquet à un moment donné, veut un service rapide et sur mesure. Il voudra parfois même personnaliser ses propres sandales, voulant un motif lui parlant plus que la feuille de vanille proposée à tout le monde. Qui sait si on n’ira pas dans quelques années jusqu’à imprimer soi-même ses meubles et ses chaussures grâce aux imprimantes 3D ou si on n’utilisera pas les simulations en réalité virtuelle pour traiter les phobies.  Le logiciel est la nouvelle arme secrète. Il pense pour nous, nous conseille, fait le travail à notre place et ouvre de nouvelles possibilités d’interactions. Mais il nous faut avoir le courage de nous essayer aux produits numériques et de leur faire confiance. Pour saisir pleinement le potentiel de ces nouvelles techniques, il nous faut briser les vieux schémas mentaux et apprendre à aimer l’aventure. Qui ne risque rien n’a rien, et la prudence n’est pas la vertu première des pionniers. D’autres nations, comme les USA, sont plus ouvertes à l’innovation ; leur marché est aussi moins réglementé que le nôtre.  

Tous les objets qui nous entourent seront donc bientôt doués d’intelligence ?

Les cas d’utilisation de technologies intelligentes sont presque partout. Selon Google, les appareils à proprement parler sont en passe de disparaître, car tous seront bientôt des ordinateurs. L’exemple phare nous est donné par la voiture, autrefois simple moyen de transport devenu un véritable bureau ambulant, avec info-divertissement, recherche automatique de places de stationnement et connexion smartphone. Si le véhicule connecté est un modèle de réussite, c’est qu’il apporte une réponse aux soucis majeurs des clients. La conduite devient plus sûre, plus confortable, nous laisse un temps libre supplémentaire qu’il revient d’utiliser comme bon nous semble, tout ceci contribue à améliorer notre qualité de vie. Selon une étude, l’automobiliste moyen passe plus de 2500 heures dans sa vie à chercher des places de stationnement.  
De la même manière, si des jeunes pousses de tailles modestes comme Uber et AirBnB ont-elles pu bouleverser et redessiner les secteurs du transport particulier et de l’hôtellerie, c’est parce qu’elles ont résolu un souci majeur pour les clients, qui était celui du prix. Les bonnes stratégies en matière de mise en réseau des appareils commencent toujours par un regard porté sur la situation du client. Les entreprises doivent se regarder de moins en moins elles-mêmes et prendre de plus en plus leurs clients en considération. De ce point de vue, la technique moderne et le nuage peuvent s’avérer fort utiles aussi.   
Le mot-clé est CRM, Customer Relationship Management, soit en français « Gestion des Relations avec la Clientèle ». Nous verrons le sujet plus en détail ultérieurement, dans le cadre des méga-données. Occupons-nous pour l’instant de la mise en réseau des appareils. Nous nous pencherons sur tous ces sujets et de nombreux autres dans les mois à venir. Les articles seront disponibles ici sur t-systems.com et sur les réseaux sociaux sous le hashtag #wirdechtzeit.
Bonne lecture !
Cordialement,
Anette Bronder