Transformation in die Cloud - welche Cloud darf es sein?
Perspective Internet of Things

Viva la revolución ? La mise en réseau des appareils implique une évolution des mentalités

1 août 2016

La mise en réseau des appareils sera le plus grand facteur de transformation dans les années à venir. De nouveaux modèles d’entreprise seront nécessaires pour rester au-dessus de la concurrence.
Viva la revolución: The Internet of Things will be the largest transformational force in the coming years.
La mise en réseau des appareils, en anglais Internet of Things, ou encore IoT. Trois lettres qui auront des répercussions spectaculaires. De nombreuses opportunités pour les plus ingénieux, mais aussi des défis majeurs. Les possibilités techniques et les attentes des clients évoluent de plus en plus vite. Les jeunes pousses révolutionnent le monde des affaires, armées qu’elles sont de modèles d’entreprises inédits et numériques. 
Une récente étude du Global Center for Digital Business Transformation (DBT) prédit par exemple que la transformation numérique écartera du marché quatre entreprises sur dix dans les cinq années à venir. Les entrepreneurs ne semblent pas s’en inquiéter outre mesure : ils sont 43% à déclarer n’y voir aucun risque ou ne pas y avoir réfléchi. Seuls 25% d’entre eux entrent de plein pied dans un processus de numérisation.

Qui n’avance pas recule

C’est une grave erreur. Passer à côté de la transition numérique, ne pose pas qu’une question de manque à gagner mais – à moyen terme – de survie. Les nouveaux venus sur le marché et les sociétés historiques qui ont embrassé la révolution que représente l’IoT exercent une pression certaine sur le reste du peloton. Les succès remportés ne garantissent jamais des victoires à venir. La mentalité du « on verra bien » n’est pas la voie à suivre. Les entreprises ont besoin d’une stratégie numérique leur permettant de saisir à bras-le-corps les opportunités que la mise en réseau des appareils fait apparaître. 

L’époque à venir sera celle des clients

Ceci ne concerne pas que la mise en application de nouvelles techniques numériques. La relation entre les sociétés et leurs clients va subir des changements encore plus importants. Les clients ne se contentent plus de nouveaux produits. Ce qu’ils veulent maintenant, c’est bénéficier d’un service de A à Z simple. La connectivité qu’apporte la mise en réseau des appareils permet aux utilisateurs d’accéder à une myriade d’informations en temps réel, ce qui a un effet sur leurs attentes envers les prestataires de services. C’est ainsi qu’ils exigeront plus de flexibilité, de personnalisation, de solutions situationnelles 24 heures sur 24. La fidélité envers les prestataires établis et les schémas traditionnels s’essouffle.
L’innovativité sera de mise pour réussir à l’heure de la mise en réseau généralisée. Mais ce qui est nécessaire n’est pas toujours suffisant. Une transformation culturelle est indispensable. Il faudra laisser loin derrière nous l’époque où la relation avec la clientèle prenait fin dès lors que tintait le tiroir-caisse. Nous sommes à l’aube d’une véritable « époque du client » ; les entreprises devront soigner non plus seulement leurs produits mais aussi et surtout la qualité de leurs services.
La raison en est simple. Les clients ont la possibilité de comparer les services mieux et plus facilement qu’à tout autre moment de l’histoire. Les sociétés proposant produits et services seraient par exemple bien avisées à l’avenir d’améliorer et de différencier des produits jusque-là uniformes grâce à des techniques basées sur la mise en réseau. 
Une telle approche centrée sur les services implique toutefois de bien connaître son groupe cible. Quels sont ses besoins ? Comment les satisfaire ? Comment atteindre un seuil décisif en termes de pénétration du marché ? Sortir vainqueur de la révolution IoT ne sera possible que grâce à une conception du service à la clientèle exhaustive et centrée sur le client.

Adapter les modèles d’entreprise avec logique

Dans une étude récente sur la mise en réseau, les analystes de Machina Research sont arrivés à la conclusion que les entreprises les plus innovantes s’adaptent à cette transition en réalisant une transformation entière, du vendeur de produits jusqu’au prestataire de services. Le prérequis est de créer une « mentalité-service » dans chaque département, des ventes et de la mercatique à la conception de produits. Telle sera la recette gagnante à l’heure d’internet ; la technique est toujours en avance sur les mentalités.
Par conséquent, les structures et limites des entreprises sont en constante mutation. Les producteurs, partenaires de distribution et prestataires de services, qui demeurèrent longtemps clairement distincts, constituent de plus en plus une seule et même source. Les fabricants de machines-outils et d’équipement industriel vendent des produits en réseau, dont des dispositifs de maintenance préventive et/ou à distance, parfois en collaboration avec des partenaires de confiance du secteur de l’informatique. Ils sont ainsi en contact permanent avec leurs clients tout au long de la durée de vie de leur produit. Le résultat est que l’on est de moins en moins dépendant d’un distributeur, que la fidélité des clients est accrue et que les fabricants obtiennent des données supplémentaires et utiles tant sur leurs clients que sur le comportement à long terme de leurs produits dans des conditions de travail réelles.

Le défi des mégadonnées

Il s’agit ensuite de transformer toutes ces données en informations précieuses qui serviront à la mise au point et au perfectionnement de produits, ce qui demandera d’analyser en temps réel de grands ensembles de données non structurées que l’on qualifie de mégadonnées. De nombreuses entreprises manquent encore de connaissances sur ce sujet. De plus, les données recueillies doivent être traitées et sauvegardées dans le respect des lois sur la confidentialité et la sécurité des données, lesquelles varient d’un pays à l’autre et peuvent être particulièrement strictes, comme en Allemagne notamment. Les sociétés voulant éviter les risques inconsidérés auront intérêt à s’en remettre à des professionnels.