Transformation in die Cloud - welche Cloud darf es sein?
Perspective - Réseaux du Futur

Virtualisation des réseaux

16 nov. 2017

La virtualisation ouvre un vaste réseau : le SD-WAN apporte en même temps de nouvelles conections et fonctions en un bref délai.
​​​​​​​
Virtualisation des réseaux
Virtualisation des réseaux

Que ce soit pour les applications de vidéoconférence ou de nuage, des entreprises issues de secteurs variés s’appuient sur de robustes infrastructures de réseau qui s’adaptent idéalement en matière de rapidité et de répondant. Mais alors que les sociétés vont chercher les services informatiques dynamiquement et en cloud, les réseaux professionnels intersites restent souvent à la traîne. « Ils réagissent moins vite », remarque le Dr Thomas Zinner, du Département de Sciences Informatiques et de Réseaux de Communication de l’Université de Würzburg. « Leurs fonctions sont liées à un matériel donné. Leur amélioration requiert un personnel spécialisé et bien souvent des mises au point par téléphone entre différents opérateurs du réseau. » Il faut donc aux entrepreneurs le temps et la patience de connecter de nouveaux sites, d’établir des connexions codées ou d’augmenter la bande passante. Après tout, l’opérateur de réseau fait une bonne partie du travail manuellement. » Programmer les routeurs et interrupteurs, mettre en place de nouveaux pare-feu et envoyer des points d’accès WLAN de par le monde par courrier, tout cela prend du temps », ajoute Zinner, qui axe ses recherches sur les techniques réseau de demain.

Les réseaux lents sont un frein à l’économie

Une enquête, intitulée Digital Business Readiness study et publiée en 2015, souligne le problème. Ce sont 100 grandes entreprises allemandes qui ont été intérrogées sur ce qui représentait à leurs yeux les plus grands obstacles informatiques ; les systèmes existants et les architectures de réseau se placent en quatrième place avec 19%. Dans trois entreprises sur quatre, les changements survenus au niveau des réseaux professionnels affectent les affaires plusieurs fois par an, selon un sondage de 2016 concernant les administrateurs et mené par la société de conseil Dimensional Research. Cela dit, le rythme des changements au niveau du WAN pourrait aller croissant à l’avenir grâce à l’utilisation de grands centres de données.    
Les opérateurs de centres de données ont un problème : au début du XXIème siècle, ils ont cherché des manières de parer aux pics de charge imprévisibles.
Leur idée était qu’il devrait être possible de contrôler, configurer et administrer toutes les composantes dans un réseau local, un local area network (LAN), de manière centralisée, afin d’assurer des flux de données optimaux en tout temps. Un « contrôleur », c’est à dire un coordinateur technique central de réseau, s’avérait être la solution. 
Au lieu de configurer des routeurs et interrupteurs manuellement et de les laisser contrôler le réseau, le contrôleur central surveille tout : il contrôle et configure en même temps. Tel un boîtier de signalisation sur une voie ferrée, le contrôleur central optimise les flux de données dans le réseau à l’aide d’un logiciel. En d’autres termes, le contrôleur dessine la trajectoire de manière à ce que les informations passent sans problème et suivent l’itinéraire prévu. En cas d’engorgement à un endroit donné, on décide d’une déviation. En cas de danger, il bloque des sections précises du réseau telles que les adresses IP. Quand un train rapide approche, priorité lui est accordée. « Séparer les transferts de données et les couches de contrôle rend la gestion de réseau plus simple, plus efficace et plus rapide » assure Zinner.

Les réseaux programmables accélèrent la numérisation

C’est ainsi que vit le jour l’idée d’un réseau pouvant être contrôlé de manière centralisée via logiciel (SDN). Dix années se sont depuis écoulées, et les premières offres SD-WAN sont apparues sur le marché, ce qui apporte la solution : l’ancien centre de données complète le WAN. En d’autres termes, les réseaux interentreprises peuvent être contrôlés de manière centralisée et automatique, mais aussi changés de manière flexible. Les fonctions réseaux, pare-feux, passerelles et équilibreurs de charges fonctionnent aussi comme des logiciels sur des serveurs standards sur le site de la société. En un clin d’œil, tout peut être réadapté à de nouveaux besoins. Les outils de réseaux virtuels permettent donc d’administrer les réseaux de la même manière que les entreprises achètent de nos jours des services en nuage, à savoir sur mesure et d’un simple clic. Grâce à un réseau défini par logiciel, les bandes passantes peuvent être adaptées bien plus rapidement, et la prioritarisation des flux de données plus aisée à mettre en place. Les réseaux ne tiennent pas seulement le rythme de l’informatique mais alimentent la transformation numérique.

Les services de réseaux et l’informatique fusionnent

Selon les experts comme Zinner, les SD-WAN représentent l’avenir : « le SD-WAN fait automatiquement entrer les sites dans le réseau professionnel, aussi faclement que l’on configure des passerelles ou que l’on connecte des machines virtuelles à partir d’un centre de données ». Les spécialistes du marché de l’IDC prédisent au SD-WAN un avenir radieux. Souple, pratique et réglable, il est non seulement économique mais permet de concilier une demande grandissante et des budgets limités.