Series Background
Perspective Big Data

Huit conseils : Big data et création de valeur

15 déc. 2016

Si les initiatives Big data existent d’ores et déjà dans de nombreuses entreprises, toutes ne rencontrent pas un franc succès. Pourquoi ?

Big data value creation: success through predictive analytics
Avoir de gigantesques volumes de données est une chose, savoir en tirer profit en est une autre. Le défi qui se pose lorsqu’il s’agit de brasser d’immenses volumes de données est de savoir y trouver des « perles » concrètes. Une étude de PwC (PricewaterhouseCoopers) a par exemple montré que le Big data ne faisait partie de la création de valeur que chez 19% des sociétés. Qu’est-ce qui les empêche de générer des bénéfices proportionnels aux volumes de données dont elles disposent ? Quelles sont les causes ? Les conseils concrets des experts ? Plus d’informations grâce aux huit conseils suivants :

1. Mettre sur pieds une stratégie en matière de big data

Selon l’étude de PwC, de nombreuses entreprises reconnaissent ne pas suivre de stratégie en matière de big data, ne pas former leurs employés dans cette direction et ne pas encore avoir adapté les procédures internes. Autant d’erreurs selon les experts de PwC, la stratégie d’une entreprise étant toujours le point de départ pour les questions auxquelles les projets big data sont censés répondre.

2. Créer une unité organisationnelle centrale

Les experts en conseils de gestion ont également identifié un obstacle potentiel dans le fait que le problème soit souvent confié aux seules mains du PDG ou du directeur des systèmes d’information sans qu’une unité organisationnelle centrale ne voie le jour. De la négligence selon les auteurs, dans la mesure où une telle unité serait à même de conduire des analyses de données et de les ancrer dans les divers départements.

3. Faire évoluer les mentalités

Selon Axel Oppermann, de la société d’analyse Avispador, une stratégie efficace demandera de repenser et d’optimiser les processus et flux de travail en s’appuyant sur des techniques d’analyse de données et sur un savoir-faire, que ces derniers soient en interne ou le fait de tiers. Une boulangerie pourrait par exemple décider de s’appuyer sur des données météorologiques. Une société de courriers pourrait s’organiser sur la même base. En pratique cependant, la plupart ont des difficultés à passer de la théorie à la pratique. 

4. Casser les vieilles habitudes

Le Big data est une des composantes de la transformation numérique. Or, une transformation s’accompagne toujours de la rupture de vieilles habitudes. « Celles-ci ont cependant la vie dure. Les gens ont tendance à préserver les routines, les schémas bien établis. Cela peut certes simplifier la vie, mais empêche de s’adapter aux nouvelles réalités » - ajoute l’analyste.

5. Mettre au point des scénarios de développement

Dans un échantillon aléatoire provenant du Rhin-Main, une région allemande, les spécialistes en traitement de données commerciales de SRH Hochschule Heidelberg ont produit une image plus précise de la réalité du Big Data dans les moyennes entreprises. Leur conclusion est la suivante : « De nombreuses sociétés de la région souffrent d’une absence de créativité à même de mettre au point des scénarios de développement. » Ceci signifie, expliquent les scientifiques, que de nombreuses sociétés n’ont encore aucune idée de l’ampleur des possibilités inexplorées.

6. Mettre les projets dans de bonnes mains

Le fournisseur de logiciels indique dans une enquête d’ampleur mondiale que seulement 27% des initiatives Big data sont rentables ; 45% ne permettent que de rentrer dans ses frais, tandis que 12% des participants disent même avoir perdu de l’argent du fait de leurs initiatives liées au Big data. L’étude illustre la corrélation suivante : un projet Big data a deux fois plus de chances d’être rentable si un directeur de l’exploitation (COO) ou un directeur des données (CDO) sont aux commandes que si c’est le PDG lui-même.

7. Garantir la protection et la sécurité des données

Cette insuffisante création de valeur vient aussi du fait que la moitié des sociétés est encore largement ingénue pour ce qui est de la sécurité. C’est en tout cas ce qui résulte d’une étude réalisée par la société de conseil professionnel BearingPoint. « Pour 50% des cas, la protection et la sécurité des données sont au premier plan des défis à relever. C’est un problème général, trans-sectoriel, étant donné que les entreprises doivent respecter à la fois les réglementations juridiques, internes, ainsi que les termes des contrats. »

8. Mieux intégrer les systèmes de Big data

Alors que de nombreuses entreprises utilisent déjà les bons outils, il y a encore des lacunes pour ce qui est de raccorder ces outils Big data avec l’héritage IT. Telle est la conclusion du fournisseur de logiciels Progress. Selon ce dernier, les processus appliqués sont principalement manuels et les larges échanges de données trop rares. Les entreprises ayant une véritable vision à 360 degrés – de leur clientèle par exemple – seraient par ailleurs l’exception bien plus que la norme.