Transformation in die Cloud - welche Cloud darf es sein?
Perspective "House of Clouds"

Les analyses de données et le cloud, un mélange ciblé

6 févr. 2017

Data analytics and the cloud – the optimum combination for companies.
L’informatique en cloud – alliée à la connectivité et à la bande passante – constitue la colonne vertébrale de la numérisation. Au bout du compte, seule cette technologie peut donner vie aux applications de l’Internet des Objets (IoT). Dans quelques années, des milliards de machines, capteurs et autres composantes, seront mises en réseau les unes avec les autres. Ces appareils mis en réseau recueilleront et transmettront des milliards d’unités de données chaque jour. Pour évaluer utilement ces données, les entreprises ont besoin de possibilités de stockage. Les analyses de données quant à elles devraient dans l’idéal être possibles en temps réel. C’est là que le cloud s’avère nécessaire.  
 
Les entreprises et associations jugeront toutefois utile d’examiner le problème plus en détails. Le cloud hybride en particulier, c'est-à-dire ce mélange de cloud public et privé, prend de plus en plus d’importance : Le rôle-clé joué par le cloud hybride dans la réalisation de la transformation numérique est confirmé par les décisionnaires interrogés. Ceux-ci voient le plus grand besoin en cloud hybrides dans les zones de numérisation typiques. Outre l’automatisation des processus d’affaires (28%), ceux-ci incluent les analyses de big data et l’auto-service de la clientèle pour améliorer l’expérience de l’utilisateur (27% dans les deux cas) et le développement de nouveaux modèles commerciaux (24%) » indiquent les analystes de IDC (International Data Corporation). 
La présence de scénarios hybrides dans le contexte du big data s’explique par divers facteurs. Tandis que les décisionnaires de l’informatique et des affaires sondés déclarent que seules demeurent sur leurs serveurs internes les données personnelles sensibles ainsi que certaines données financières et comptables ou liées à la recherche et au développement, un nombre croissant de données se retrouve dans le cloud public. De plus – assurent les experts du market researcher IDC – la capacité immense du cloud public est vitale pour satisfaire aux nouveaux besoins de l’ère numérique. Les environnements hybrid cloud peuvent par exemple être utilisés pour étendre souplement le stockage et la capacité informatique du centre de données d’une société pour tester ou mener des campagnes de marketing avec un logiciel à la demande. Il est un autre exemple au niveau applicatif, où le nouveau standard CRM du cloud peut être relié à une solution ERP installée de manière permanente.  
  
Le producteur de logiciels Tableau offre un argument important de plus en faveur d’une efficace combinaison de cloud et de big data, soutenant que les vastes volumes de données structurées et non-structurées produites par l’Internet des Objets seront de plus en plus souvent fournies par des services en cloud. Ces données seraient souvent hétérogènes et seraient placées sur de nombreux systèmes relationnels et non-relationnels (tels que les clusters Hadoop et les bases de données NoSQL). Conséquence : « Alors que les innovations en matière de stockage et de services gérés ont accéléré le processus de capture de données, accéder aux données et les comprendre demeure le plus grand défi dans la phase finale. Ceci a mené à une demande croissante en outils analytiques pouvant créer un lien transparent vers un nombre important de sources de données abritées en cloud et les combiner » -indiquent les experts de Tableau. Les entreprises pourraient utiliser de tels objets pour examiner et visualiser tous types de données où qu’elles soient stockées. Ceci est essentiel afin d’identifier les opportunités d’affaires cachées dans l’investissement IoT. 
Au bout du compte, tout ceci est aussi une question de coûts, ce qui fait que tout ce qui n’est pas stratégie big data en cloud semble aujourd’hui obsolète. Une étude de Deloitte souligne, en addition à d’autres aspects propres aux coûts, des temps de récupération plus courts (30%) et une plus grande agilité (29%) comme étant des facteurs-clés incitant à choisir le cloud et à mettre en place des modes de gestions basés sur les données hybrides. « 56% des cadres de l’informatique et des départements spécialisés interrogés prévoient une stratégie cloud hybride dans les 12 ou 24 mois à venir, tandis que moins d’un cinquième des sondés pratique une approche sur site comme modèle premier de déploiement » - ajoutent les auteurs de l’étude en se référant aux stratégies actuelles des entreprises en matière de big data. 
Pour conclure, le cloud est essentiel en tant qu’interface pour divers types de données et applications. De plus, seul un cloud hybride peut apporter la flexibilité nécessaire à la numérisation, ce qui est absolument incontournable dans le contexte de l’Internet des Objets.